some image

Astrolabe

(Atelier en sommeil depuis Août 2016)

Responsable  Alain HURST Début Septembre 2012

 

Objectif de l’atelier

On propose d’étudier la conception et la fabrication d’instruments astronomiques anciens appelés astrolabes.

Il est également possible d’envisager la création de cadrans solaires ou d’autres objets.

Ces instruments sont réalisés essentiellement en laiton.
 

Méthode de conception

La conception d’un astrolabe comporte plusieurs étapes :

–    Choix du sujet à reproduire ou conception originale ;

–    Dessin des différentes parties de l’instrument : cette phase est faite sur ordinateur avec un logiciel de Dessin Assisté par Ordinateur (par exemple Designer ou CorelDraw) ;

–    Impression sur papier, carton et/ou gravure sur laiton.

La gravure sur laiton peut être réalisée de plusieurs manières.

Les trois principales sont 1) la gravure directe, 2) la gravure photochimique, 3) la gravure par ordinateur.

35082
1)    La gravure directe est la plus proche de la façon de procéder des anciens « astrolabistes » mais est elle s’avère difficile et nécessite la conception d’outils spécifiques (compas à grand diamètre, rapporteur spécial appelé « Destour » …).

2)    La gravure chimique utilise un négatif de l’image à graver, une plaque de laiton recouverte d’un vernis sensible aux ultraviolets et une table à insoler (comme pour la réalisation de circuit imprimés). Il faut également prévoir de manipuler des produits chimiques (perchlorure de fer, trichloréthylène …).

3)    La gravure par ordinateur utilise une machine à graver qui peut être par exemple une fraiseuse à commande numérique.

Dans l’atelier on développe une méthode de gravure mixte, utilisant un ordinateur, une table traçante et la gravure chimique : l’ordinateur pilote une pointe placée à la place d’une « plume » d’un traceur numérique 2 axes.

Cette pointe vient griffer une couche de vernis qui recouvre une mince plaque de laiton (1 mm d’épaisseur).
 

Une fois le dessin gravé sur la couche de vernis la plaque est plongée dans un bain de perchlorure de fer pour attaquer le métal là où le vernis a été retiré : il s’agit de la technique utilisée dans la gravure dite en « eau-forte ».

Le vernis est ensuite retiré avec un solvant (trichloréthylène …).
 

Une fois la plaque de laiton gravée, il convient de découper les divers éléments dessinés.

Pour cela on utilise une scie à chantourner type Bocfil avec des lames très fines ou une mini-perceuse avec des forets et des fraises de diverses tailles.
 

Pour les finitions on peut utiliser un touret à meuler et des limes fines de diverses sections (1/2 lune, carrée, plate …).
 

L’assemblage des diverses pièces est réalisé par collage ou avec des vis.
 

Animation

L’atelier est animé par Alain HURST qui a mis au point la technique de gravure et a réalisé une douzaine d’instruments en laiton de toutes tailles, dont une reproduction d’un instrument du musée des sciences d’Oxford, ainsi qu’un cadran solaire polyédrique, reproduction d’un instrument du musée du Louvre.

Les ateliers ont lieu le samedi après-midi de 15h00 à 18h00.

Des sessions sont consacrées à des thèmes particuliers (utilisation du matériel, bases théoriques sur les astrolabes …) : pour être informé, s’abonner à la liste « atelier astrolabe » sur l’espace adhérent.